Les instruments de musique oubliés ont la cote

12 mars 2018 § Poster un commentaire

Cabrette, serpent, ophicléide, bugle, basson… Non, ces termes ne désignent pas des espèces animales en voie de disparition, mais des instruments de musique vieux de plusieurs siècles. Tombés dans l’oubli, ils reviennent en force dans les orchestres et font frissonner les salles des ventes. En exclusivité, retour sur ces pièces qui ont la cote à travers la dispersion samedi 7 avril 2018 à Vichy et sur le Live d’Interencheres de deux collections d’instruments à vent…

Les instruments historiques intègrent les orchestres

De la Philharmonie parisienne au Konzerthaus de Berlin, l’orchestre Les Siècles, sous l’égide du chef François-Xavier ROTH, s’est donné un défi dès 2003 : jouer chaque répertoire sur les instruments historiques appropriés, mettant ainsi en perspective plusieurs siècles de création musicale. Depuis, la méthode a fait des émules et les plus grands musiciens l’adoptent, soucieux d’approcher au plus près les couleurs et le son originels de chaque morceau. « Ce regain d’intérêt a été initié par la redécouverte de la musique baroque. Ensuite, les musiciens se sont mis à jouer la musique romantique et celle des autres époques avec les instruments d’origine », explique Bruno KAMPMANN, expert en instruments à vent.

Dès les années 1950, les chefs d’orchestre et musiciens Gustav LEONHARDT, Nikolaus HARNONCOURT, Sigiswald KUIJKEN, suivis de Ton KOOPMAN ou encore Jordi SAVALL, s’emparent d’anciens clavecins, violoncelles, violes de gambe, ou diapasons et remettent à l’honneur les œuvres de BACH, HAENDEL, VIVALDI, et BUXTEHUDE. A rebours du progrès permanent, ils affirment ainsi un retour aux sources et préfèrent à l’interprétation moderne, une restitution dans la plus pure tradition. Un nouveau dogme qui gagne désormais le marché des instruments anciens, marqué par des prix croissants, touchant notamment les instruments de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle.

Un marché particulièrement dynamique

« Ce marché est particulièrement actif, avec un public qui s’est diversifié ces dernières années », commente Maître Etienne LAURENT qui dispersera aux enchères le 7 avril à Vichy deux collections importantes d’instruments à vent : un ensemble de pièces anglaises et une autre collection, plus hétéroclite, comprenant aussi bien des guitares qu’un clavecin, des flûtes ou des harpes. Une vente qui témoigne du nouveau dynamisme du marché. « On retrouve notamment un cor naturel HALARY  (lot N° 360) estimé à 6 000 euros qui rappelle à quel point la demande est forte pour ce type d’instrument. Ils sont très rares et ils coûtaient moitié moins il y a encore sept ou huit ans », détaille l’expert Bruno KAMPMANN. Le cor naturel apparaît au XVIIIe siècle pour remplacer le cor de chasse (dit « cor baroque ») et animer les soirées mondaines. Il inspire alors les compositeurs romantiques les plus illustres, à l’image de Johannes BRAHMS (1833-1897) qui s’en fait le grand défenseur lorsque naît le cor à pistons au cours du XIXe siècle. Finalement remplacé à l’aube du siècle suivant, il connaît aujourd’hui un regain d’intérêt. « Les cornets (petits cors) à pistons du XIXe sont eux aussi très recherchés. Ils permettent de rejouer la musique romantique de BERLIOZ (1803-1869) notamment. » Dans la vente du 7 avril, un cornet à trois pistons de KOHLER (lot N° 320) est ainsi estimé 2 500 euros.

La redécouverte d’instruments tombés en désuétude

L’engouement autour de ces instruments d’époque est tel que les facteurs actuels se mettent à les copier. « Le serpent par exemple est très à la mode, j’en joue d’ailleurs moi-même et des copies modernes sont aujourd’hui fabriquées, confie l’expert Bruno KAMPMANN. Celles-ci ont eu tendance à faire baisser les prix des pièces anciennes au cours des dix dernières années, mais leur cote a toujours été particulièrement soutenue et elle commence à remonter. Pour un serpent ancien de bonne qualité, il faut donc compter autour de 4 000 euros en fonction de l’état, et davantage s’il s’agit d’une pièce exceptionnelle. » Le 7 avril, seront ainsi proposés un serpent droit en laiton (lot N° 286) estimé 2 500 euros et un autre en forme de S, daté du XVIIIe et estimé 2 000 euros. « Le serpent fut créé au début du XVIIe siècle pour accompagner les chœurs d’église, avant d’être employé à la fin du XVIIIe siècle pour les chants militaires et révolutionnaires. C’est un instrument grave, à embouchure comme le tuba. Il a été peu utilisé dans la musique classique, mais mis à l’honneur dans une des œuvres majeures de BERLIOZ, la Symphonie fantastique de 1830. »

Au XIXe siècle, le serpent est remplacé par l’ophicléide, un instrument métallique muni de clés, permettant de jouer avec une plus grande justesse. Il est alors très employé dans la musique militaire, d’harmonie et de fanfare jusqu’à la Première Guerre mondiale où il est troqué pour le tuba à pistons, plus maniable.  « L’ophicléide connaît aujourd’hui un regain d’intérêt et la demande pour les pièces anciennes est très forte car, au contraire du serpent, peu de copies modernes sont fabriquées, explique l’expert. Les prix grimpent et rejoignent ainsi ceux du serpent qui coûtait plus cher jusqu’alors. Il faut aujourd’hui compter autour de 3 000 euros pour acquérir un bon ophicléide, alors qu’il y a encore sept-huit ans il se vendait autour de 1 000 euros, quand un serpent s’envolait à 5 000 euros. » En témoigne, une pièce exceptionnelle de la vente du 7 avril (lot N° 305), estimée 4 000 euros. « Elle fut fabriquée par le grand facteur lyonnais TABARD et elle est pourvue d’une étonnante tête de dragon, un décor très apprécié au XIXe siècle », précise Maître Etienne LAURENT. Un autre ophicléide très rare du facteur anglais GLYDE (lot N° 310) sera également mis aux enchères, estimé à 1 000 euros.

Des prix qui explosent pour les pièces les plus rares

« Parmi les instruments à vent, ce sont les instruments aigus tels que les trompettes, les flûtes, ou les clarinettes, qui restent les plus collectionnés, poursuit l’expert Bruno KAMPMANN. Leurs prix ont connu un léger infléchissement, mais ils remontent ces dix dernières années. » Toutefois, le marché des instruments anciens, jouet de l’offre et de la demande, est soumis aux mêmes règles que les autres : la rareté fait le prix. « La vente du 7 avril propose de nombreuses pièces très rares telles qu’un clavecin estimé à 15 000 euros (lot N° 95) ou une trompe de chasse (lot N° 355) qu’on ne trouve habituellement que dans les musées. Cette dernière fut fabriquée par la famille CHRESTIEN qui est justement l’inventeur de l’instrument. Elle est estimée 5 000 euros, mais elle pourrait bien s’envoler… », détaille Maître Etienne LAURENT. Le commissaire-priseur de Vichy voit souvent passer des pièces exceptionnelles et rarissimes, à l’image d’un basson fin XVIIIe adjugé en juin 2012 à plus de 70 000 euros. Sa vente du 7 avril sera une nouvelle occasion de prendre le pouls d’un marché en pleine expansion…

Catalogue

Liste des lots

 

 

 

 

 

Un article d’Interencheres.com 


Infos pratiques

Vente
Samedi 7 avril 2018 • 14h

Expositions
Vendredi 6 avril 2018 • 14h/18h
Samedi 7 avril 2018 • 10h/12h

Frais de vente
24 % TTC en volontaire

Téléchargements
Catalogue
Liste des lots
Ordre d’achat / demande de téléphone

Contact
L’équipe de Vichy Enchères est à votre disposition pour toute expertise ou conseil.
N’hésitez pas à nous contacter :
Etienne LAURENT • Commissaire-priseur
16, avenue de Lyon • 03200 Vichy • France
+33 (0)4 70 30 11 20 • contact@vichy-encheres.com

Experts
Jérôme CASANOVA, expert en cordes pincées et guitares Vintage
Bruno KAMPMANN, expert en instruments à vent
Philippe KRÜMM, expert en musique populaire

Photos & descriptions
Photos et liste numérotée disponibles avant la vente sur www.interencheres.com/03001 ou sur demande à l’étude.

Interencheres Live
Samedi 7 avril 2018, enchérissez en direct
sur www.interencheres-live.com

Prochains RDV
5/6/7 juin 2018 : Ventes de lutherie

Publicités

Tagué :, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Les instruments de musique oubliés ont la cote à Vichy Enchères.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :