Un violon en modèle Guarnerius Del Gesù de Jean-Baptiste Vuillaume

29 octobre 2010 § Poster un commentaire

Considéré –à juste titre- comme le plus grand luthier français avec Nicolas Lupot, Jean Baptiste Vuillaume (1798-1875) va tout au long de sa carrière, avec l’aide des meilleurs ouvriers de son temps, copier les plus grands maîtres italiens des 17ème et 18ème siècles tels que Stradivarius, Guarnerius Del Gesù, Amati (plus rarement) et Gio Paolo Maggini…

Créateur infatigable, on dénombrera à sa mort en 1875 un catalogue de plus de 3000 instruments (sans compter les archets) réalisés dans son atelier ce qui est tout à fait considérable.

Si la plupart des instruments fabriqués dans l’atelier de Vuillaume possèdent une étiquette ainsi que des signatures manuscrites à l’interieur, certains en sont totalement dépourvus. C’est le cas du violon présenté par l’Hôtel des Ventes de Vichy à l’occasion de sa grande vente d’instruments du quatuor, du 30 novembre au 2 décembre 2010.

Ce bel exemplaire a été conçu en modèle Guarnerius Del Gesù dont il porte une étiquette , vraisemblablement au début des années 1840. L’inspection endoscopique très minutieuse de l’interieur du violon n’a révélé aucune signature manuscrite (ni date, ni numéro). Il semble que Jean Baptiste Vuillaume ait cherché tout particulièrement à se rapprocher du modèle copié.


Certains détails dans la conception ont été éxagérés. Ainsi, peut on distinguer sur la volute de petits coups réalisés à l’aide d’une petite gouge et laissés volontairement apparent ce qui confère à la tête du violon un aspect « brut » . On retrouve assez souvent ces petit coups de gouges dans les volutes de Guarnerius Del Gesù.

L’incrustation des filets de la table et du fond est irrégulière avec des manques à certains endroits. On retrouve également de petits coups de gouges dans les coins, autre caractéristique des instruments de Guarnerius Del Gesù.

L’utilisation d’un bois d’érable piqué au vers pour le fond demeure assez mysterieuse. Vuillaume a-t’il voulu accentuer l’effet antique de ses copies? Ne s’agit-il que d’un choix mécanique ? Difficile d’être tout à fait catégorique à ce sujet. L’auteur peut néanmoins témoigner de plusieurs exemplaires avec fonds piqués aux vers « d’origine » toujours utilisés pour des modèles en imitation réalisés avant 1858.

Le vernis, d’un beau brun orangé typique de Vuillaume a été volontairement appliqué en dégradé sur le fond et sur la table dans la zone du démanché et de la mentonnière. Ce procédé superbement réalisé sur cet exemplaire permet de recréer artificiellement l’usure du temps.

Un dernier détail qui caractérise les belles copies de Jean Baptiste Vuillaume est sa fameuse « moustache noircie ». Ce procédé –artefact supplémentaire dans le domaine de l’imitation- permet de simuler les couches de colophane et de poussières accumulées sur la table entre les deux ouïes qu’avait pu observer Vuillaume lorsque les premiers instruments italiens furent visibles à Paris au début du XIXème siècle. On connait d’ailleurs la technique exacte employée par Vuillaume pour réaliser cet effet grâce à une lettre datée du 1er juillet 1872 envoyée à son frère Nicolas François de Bruxelles dont nous reproduisons ici la teneur :

« (…) Quant à l’affaire des moustaches fondues, rien n’est plus facile. On broye à l’huile siccative sans vernis, une couleur brune de la terre de sienne calcinée avec une pointe de noir et avec la paume de la main, on tape jusqu’à ce que le fondu soit parfait. »

Malheureusement, un certain nombre de ces fameuses moustaches ont disparu aujourd’hui et ce à cause de multiples nettoyages effectués au fil du temps par des luthiers « trop scrupuleux ». C’est probablement ce qu’il s’est passé dans le cas du violon présenté ici. En regardant sous la touche dans sa partie supérieure, on peut encore apercevoir une couche noire assez épaisse preuve irréfutable de la présence ancienne d’une moustache typique de Vuillaume sur la table d’harmonie du violon.

Jean-Jacques Rampal & Jonathan Marolle – Maison Vatelot-Rampal

Informations pratiques

Mesures du fond :
Longueur :356 mm
Largeur de la partie supérieure : 170 mm
Largeur des CC : 117 mm
Largeur de la partie inférieure : 208 mm
Mesure de la table :
Longueur : 356 mm
Diapason : 195 mm
Largeur de la partie supérieure : 170 mm
Largeur des « CC » : 116 mm
Largeur de la partie inférieure : 208 mm

Vente aux enchères de lutherie
mardi 30 novembre, mercredi 1er décembre et jeudi 2 décembre 2010

Contact
Vichy Enchères – Guy et Etienne Laurent
16, avenue de Lyon – 03200 Vichy
Tel. : +33 (0)4 70 30 11 20 / Fax : +33 (0)4 70 30 11 29
Email : laurent@interencheres.com / Web : http://www.interencheres.com/03001
SVV 2002-237
Publicités

Tagué :, , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Un violon en modèle Guarnerius Del Gesù de Jean-Baptiste Vuillaume à Vichy Enchères.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :